Chiffres clés

20 ANS : 200 000 PATIENTS 

En 2015, pour ses 20 ans, le centre de soins d’Halligudi a atteint son 200 000ème patient grâce à l’engagement dévoué de l’équipe locale et au soutien sans faille de donateurs fidèles. Merci à eux !

LES PATHOLOGIES SOIGNÉES À L’HOPITAL
45%
Maladies infectieuses (diarrhées, tuberculose)
30%
Douleurs chroniques et articulaires
10%
Maladies tropicales (dengue, paludisme, ...)
10%
Maladies gynecologiques
5%
Autres maladies

DES CHIFFRES EN AUGMENTATION

2014

2015

Nombre de
consultation
délivrées

7700

8600

+111%

Nombre
d’enfants
immunisés

900

1800

+200%

Nombre
de patients
ayant utilisé
l’ambulance

100

700

+700%

*A noter que l’ambulance tour n’a commencé qu’en mars 2014.

En 2015, 16% des patients ont entre 0 et 15 ans, tandis que 23% viennent du village même d’Halligudi.

Source : The Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) 

En Inde, la malnutrition et la pollution de l’air sont les deux premières causes de mortalité et d’invalidité

Partant de ce constat, le projet nursery place la lutte contre la malnutrition materno-infantile au centre de ses priorités. Grâce à des actions éducatives auprès des mères, une sensibilisation des enfants via la mise en place d’un potager partagé, des bonnes pratiques alimentaires pourront être évoquées. De même, il semble plus que jamais nécessaire d’intégrer des réflexions environnementales à nos interventions auprès des habitants d’Halligudi : préservation des matières premières, amélioration des pratiques de cuisson pour éviter les risques d’intoxication par l’air, etc.

 

Education des femmes et répercussions sur la santé de leurs enfants

Les premières conséquences de l’instruction des femmes sont leur capacité de se soigner et de soigner leurs enfants. Pour cela, elles doivent être en capacité de reconnaître les premiers symptômes de maladies infantiles, d’apprendre les gestes qui sauvent, de maîtriser les premières règles d’hygiène et d’avoir le réflexe de s’adresser ensuite à un personnel médical qualifié. A leur tour, les femmes transmettront à leurs enfants les bonnes pratiques de santé et d’hygiène adéquates pour leur permettre de rester en bonne santé. De plus, le degrés d’éducation des femmes contribue à leur autonomisation, à l’amélioration de leur confiance et au développement d’une sphère familiale plus respectueuse de la place de chacun.

Dans la société indienne, les femmes sont traditionnellement discriminées et exclues des décisions familiales. Leur parole est rarement prise en compte et leurs droits sont limités, et ce malgré la place qu’elles occupent auprès de leurs enfants. C’est pour cela que nous intégrons les mères et le lien qu’elles développent avec leurs enfants dans chacun de nos projets.

En Inde, certaines régions possèdent davantage de moyens que d’autres pour offrir une scolarisation à chaque enfant. Dans l’État de Kérala par exemple, la quasi totalité des enfants sont scolarisés en école primaire, alors que dans l’État du Karnataka, seul un enfant sur deux est scolarisé. Des disparités régionales qui s’expliquent notamment par le caractère plus ou moins rural de chaque Etat.  Les enfants des milieux défavorisés, habitant en zone rurale, ont moins de chance de pouvoir aller à l’école. Pour le Karnataka, Etat majoritairement rural, les filles sont les premières victimes de cette déscolarisation. Il s’ensuit un manque d’éducation des femmes puis des mères. Il est donc primordial pour nous que nos actions impactent positivement  sur les femmes et enfants d’Halligudi qui ne sont pas épargnés par cette tendance actuelle.